8. La révolution espagnole 1936 – 1939

« Participer à la révolution, c’est rentrer à la maison après un pèlerinage de toute une vie » 1 Emma Goldman Lettre à William Jong 10/02/37 Cité dans Vision of Fire Emma Goldman on the Spanish Revolution David Porter p.7

Paradoxalement, ses biographes n’y accordent que peu d’attention. Wexler lui consacre le plus de pages, 37, avec Drinnon derrière avec 23 pages. Puis viennent Falk avec sept pages, la biographie politique de Morton en a quatre et Chalberg lui accorde trois malheureuses pages.

Le 18 juillet 1936 marque le début de la révolution espagnole alors que Goldman est sous le choc de la mort de Alexandre Berkman. Le 18 août 1936, Augustin Souchy, qui travaillait pour la CNT-FAI à Barcelone au service de propagande à l’étranger, l’invite à travailler pour le service de presse en langue étrangère de la Confederación Nacional del Trabajo- Federación Anarquista Ibérica (CNT- FAI) Le 21 août, Emma Goldman, qui cherchait un moyen de gagner l’Espagne par ses propres moyens, lui répondit: « A quelle plus grande et noble cause pourrais-je consacrer mes dernières années qu’à la lutte héroïque d’aujourd’hui en Espagne ? Je désire venir de tout mon cœur et travailler à ce qui servira le mieux la Révolution. » 3

Goldman quitte St. Tropez pour Barcelone le 15 septembre 1936. L’Espagne ne lui était pas inconnue qui s’était intéressée très tôt à l’anarchisme espagnol et avait organisé à New York en 1896, avec Harry Kelly et quelques autres, une réunion publique en réaction à une nouvelle vague de répression du gouvernement espagnol contre les militants radicaux de gauche. Puis elle avait dénoncé dans des articles et discours la « semaine tragique » de Barcelone en 1909. Et bien sûr, elle s’était intéressée à Fransisco Ferrer. Elle y avait fait un court séjour en 1928–29, où elle avait rendu visite entre autre à Federico Urales , sa compagne Soledad Gustavo, et à leur fille Federica Montseny, séjour qu’elle raconte dans An Unexpected Dash Through Spain 4

Goldman s’est rendue trois fois en Espagne :

Durant son premier séjour, (16 septembre – mi décembre 1936) qui coïncide avec la période d’enthousiasme et d’initiatives révolutionnaires, elle visite, munie d’un mandat de la CNT-FAI, des villages et des usines, fait des émissions radiophoniques et écrit des articles pour le Bulletin en langue anglaise. Elle retrouve des personnes rencontrées lors de son séjour en 1928, parmi lesquelles Federica Montseny (désormais ministre de la santé); Diego de Santillán; et l’anarcho-syndicaliste Arthur Lehning. Elle se rend également sur le front d’Aragon où elle rend visite à la brigade de Buenaventura Durruti.

Mais elle relève aussi relève déjà des contradictions et formule quelques inquiétudes. Elle fait part de ses inquiétudes à Eleanor Fitzgerald dans une lettre du 25 septembre 1936

“J’avoue que je ne suis pas très optimiste quant à l’issue de la lutte. les obstacles dressés contre la CNT- FAI sont trop nombreux. Ils ne viennent pas seulement des fascistes mais aussi des socialistes et des communistes. Mais nos camarades en Catalogne sont décidés à vaincre ou à mourir. J’espère ardemment qu’ils pourront vaincre. Leur expérience est la première, la plus importante et la plus enthousiasmante dans l’histoire parce qu’elle est une parfaite expérience anarchiste du début à la fin.” 5

A la mi-décembre 1936, Emma Goldman quitte L’Espagne pour Londres où elle représente officiellement la Généralitad de Catalogne et la CNT- FAI, avec pour mission de diffuser en langue anglaise les informations venues d’Espagne et d’organiser le soutien financier.

Lors de son second séjour (16 septembre – 6 novembre 1937), les craintes de Goldman sont apparues au grand jour et les contradictions affaiblissent l’énergie de la révolution.

Lors de son dernier séjour (mi-septembre -début novembre 1938), l’espoir de vaincre le fascisme et de sauver la révolution est devenu pratiquement nul.


1. Emma Goldman Lettre à William Jong 10/02/37 Cité dans Vision of Fire Emma Goldman on the Spanish Revolution David Porter p.7

2. Voir L’interprétation de l’anarchie : la vie de Emma Goldman Jason Wehling

3. Cité dans Vision of Fire p. 50

4. Unexpected Dash Through Spain The Road to Freedom Part I, Vol. 5, no. 8, Avril 1929

5. Goldman to M. Eleanor Fitzgerald, September 25,, Rudolf Rocker Archive,International Institute of Social History, Amsterdam. Cité dans Sasha and Emma. The anarchist odyssey of Alexander Berkman and Emma Goldman – Paul Avrich, Karen Avrich p.392


Documents joints :

Vision On Fire Emma Goldman on the Spanish Revolution Introduction (extraits)

Vision On Fire La Société Nouvelle

Vision On Fire Le sabotage communiste de la Révolution Espagnole

Vision On Fire Le Rôle des Femmes dans la Révolution Espagnole

Emma Goldman et Mujeres Libres

Représentante de la CNT-FAI à Londres

La question de la collaboration des anarchistes au gouvernement

Le mouvement collectiviste en Catalogne The Manchester Guardian 24 décembre 1936

— Emma Goldman Appeals Spain and The World 5 février 1937 (A venir)

« Emma La Rouge » sur l’Espagne The Bristol Labour Weekly 6 mars 1937

— Emma Goldman In Spain. Spain and The World 12 novembre 1938 (A venir)

Voir aussi Textes et documents de Emma Goldman L’Espagne