Un sale coup monté policier

Texte original : A Dirty Detective Stunt Mother Earth Vol 10, n°9. novembre 1915

La lettre suivante de la camarade Emma Goldman est une réponse à l’attaque calomnieuse contre l’intégrité et la personnalité de notre ami David Caplan qui attend son procès dans la prison de Los Angeles. La lettre a été transmise pour publication au New York Tribune, The Call, The New York Volkszeitung, The Day, the Jewish Vorwarts et The Warheit.

Cette lettre servira d’avertissement à tous ces amis qui respecte encore un tant soit peu la camelote publiée dans la presse quotidienne, alors qu’ils devraient savoir que cette presse ne publiera jamais une « histoire » dans un souci de vérité et de justice tant qu’on la fournira en mensonges et falsifications.

Nous devons nous attendre à ce que ce sale coup monté policier ne soit pas le seul; à de que plus « d’histoires » de ce genre apparaissent dans les journaux au cours du procès qui a recommencé le 25 octobre après un report d’une semaine suite à la mort soudaine de Fairall, conseiller principal de la défense de Mathew A. Schmidt.

Philadelphie Pa., 28 octobre 1915
A l’éditeur du New York Tribune
New York City, N. Y.

Monsieur: Dans votre numéro du 27 de ce mois.apparaît un article intitulé “Caplan confirme les preuves de l’accusation ». L’article déclare que David Caplan a convenu de faire des aveux accusant son camarade Mathew Schmidt actuellement en procès devant le tribunal de Los Angeles.

Permettez-moi d’informer vos lecteurs qu’il n’y a pas un mot de vrai dans cette histoire. L’information a été communiqué par l’inspecteur McLaren qui semble être en compétition avec William J. Burns pour le titre honorifique de l’intimidation et de la terreur envers ses victimes pour son auto-glorification .

Je suis en communication quotidienne avec la défense et les deux hommes accusés, Caplan et Schmidt. Je connais Caplan depuis quinze ans et je sais qu’il est le genre d’homme à mourir plutôt qu’incriminer un camarade,même si il avait quelque chose à avouer. En outre, j’ai reçu il y a seulement quelques jours, une communications d’un des hommes en lien avec la défense et le travail de soutien, disant que c’est l’inspecteur McLaren le responsable de la calomnie envers David Caplan, et que ce dernier a protesté contre cette méthode méprisable. Il a annoncé qu’à l’avenir, il ne rencontrerait plus personne en lien avec l’accusation jusqu’au début de son propre procès.

L’accusation doit être dans une situation bien difficile quant à ses preuves pour s’abaisser à des méthodes aussi désespérées et méprisables et passer sur le gril un homme qui, selon la loi américaine, doit être considéré comme innocent jusqu’à ce qu’il soit prouvé coupable

Les traditions révolutionnaires de Caplan, conjuguées à sa personnalité et son intégrité, excluent toute possibilité de trahison d’un camarade. J’espère que votre sens de la justice et votre fair play vous pousseront à donner à vos lecteurs la vraie version de l’histoire de David Caplan

Salutations distinguées

Emma Goldman.