La condition féminine

Le contrôle des naissances

Ce fut un combat permanent de Emma Goldman aux États-Unis.  Elle commença à aborder publiquement la question du contrôle des naissances au début des années 1900.

Le 3 mars 1873, le Congrès vote le Comstock Act qui interdit « le commerce et la circulation de la littérature obscène et des articles d’usage immoral ». Mais la littérature obscène » incluait l’information sur les moyens contraceptifs (en même temps que les livres d’auteurs comme Walt Whitman, Voltaire, Zola, Balzac ou Tolstoï) et les « articles d’usage », les préservatifs par exemple.

La résistance à ces atteintes aux libertés et aux droits de femmes était faible à la fin du dix-neuvième siècle, y compris dans les milieux radicaux. L’exemple de Victoria Claflin Woodhull est parlant. Elle avait un journal, Woodhull & Claflin’s Weekly, qui eut comme particularité de publier la première traduction du Manifeste du Parti Communiste en 1871. Woodhull avait rejoint la Première Internationale. Elle en fut expulsée en 1872, Karl Marx approuvant son expulsion car elle parlait trop d’amour libre et pas assez de lutte de classe.

Il y eut aussi le journal Lucifer the Light Bearer (1883-1907) édité par Moses Harman et dans une moindre mesure, The Word (1872-1890, 1892-1893) de Ezra et Angela Heywood

Ce qui différenciait l’approche du mouvement américain pour l’amour libre et Emma Goldman était que le premier cherchait à séparer l’état des questions sexuelles comme le mariage, le contrôle des naissances, l’adultère, etc, sans remise de cause fondamental de celui-ci. Goldman, elle, pensait que ces questions étaient symptomatiques de l’injustice sociale, politique et économique et qu’elles devaient être traitées dans le cadre d’une lutte plus large. En outre, la question du contrôle des naissances était, selon elle, essentielle pour la liberté sexuelle et économique des femmes. Elle s’était forgée cette conviction alors qu’elle travaillait comme infirmière et sage-femme en 1896 dans le Lower East Side de New York parmi les familles ouvrières pauvres.

egbirthcontrol

The Los Angeles Record 1er juin 1916

Fin août 1914 Margaret Sanger 1 est inculpée pour obscénité suite à des articles parus dans son journal, The Woman Rebel. Elle s’enfuira en Europe jusqu’en octobre 1915. Goldman la conseille dans la préparation de son procès .

A Margaret Sanger
[St. Louis] 8 Dec. [1915]

Ma chère,
Je t’ai écrit une longue lettre de Chicago hier. Aujourd’hui, j’ai entendu dire que nos bons amis Schroeder & autres te poussent à plaider coupable.
Ce serait terrible. Cela tuerait simplement le mouvement que tu as aidé à faire avancer. J’espère que tu ne feras pas une chose pareille. Que tu seras aussi courageuse que tu l’as été jusqu’à maintenant.
Chère, chère fille, j’apprécie ton état d’esprit. Je ressens profondément ce par quoi tu es passée depuis que tu as commencé ta tâche. Mais, en même temps, je pense que ce serait une grosse erreur impardonnable de vous rendre maintenant pour être vaincue. De faire des compromis alors que cela n’est pas nécessaire.
Tu as des amis à travers tout le pays. Tu peux obtenir tout ce dont tu as besoin pour te battre. Tu as éveillé l’intérêt comme personne ne l’a fait auparavant. Penser à tout perdre en plaidant coupable. Ne fais pas une chose pareille.
J’ai une suggestion à te faire. Tiens bon jusqu’à ce que je revienne le 23 de ce mois. Puis pars avec moi pour deux semaines à Lakewood ou ailleurs. Je suis terriblement fatiguée et ai besoin de repos. . Nous y gagnerons toutes les deux et je t’aiderai à te décider
Qu’en penses-tu? Fais-le moi savoir. Mais en aucun cas, ne prends pas de décision dès maintenant au sujet de ton procès. Surtout pas.
Écris-moi en poste restante à  Indianapolis Ind Amitiés. E G 2

Le 20 février 1916, les charges retenues contre elles seront abandonnées.

Le 11 février 1916, Goldman est arrêtée à New York City pour une conférence sur le contrôle des naissances donnée la semaine précédente . Le 20 avril, elle se défend elle-même lors de son procès et est condamnée à payer soit une amende de 100$ soit à un travail de 15 jours dans un hospice. Elle choisit le second.

Emma mérite sa punition

egbirthcontrol2

Quel scandale ! J’ai besoin de gosses pour travailler et elle prêche contre les enfants ! En prison !
Der Grosser Kunds

Puis c’est au tour de Reitman, compagnon et organisateur des tournées de conférence de Goldman , d’être arrêté le 12 décembre 1916 à Cleveland, pour avoir organisé une distribution d’informations sur le contrôle des naissances, lors d’une conférence intitulée « Is Birth Control Harmful–a Discussion of the Limitation of Offspring. ». Le 15 décembre, il est arrêté de nouveau à Rochester pour le même motif

Goldman, elle est acquittée par un tribunal de New York le 8 janvier 1917, pour une accusation de distribution d’information sur le contrôle des naissances à Union Square, le 20 mai 1916. Le 17 janvier, Reitman est reconnu coupable et est condamné à six mois de prison et 1 000$ d’amende, en plus des coûts du procès. Il sera acquitté le 28 février, des charges pesant contre lui après son arrestation à Rochester, suite à une grande manifestation de soutien qui s’est déroulée la veille.

Puis l’entrée en guerre des États-Unis offrira à Emma Goldman son dernier terrain de lutte avant l’expulsion et l’exil.

Le droit de vote

Goldman se différenciait du mouvement féministe de l’époque, sur la revendication du droit de vote, entre autres questions. Le vote allait à l’encontre des principes anarchistes :

« Tout d’abord, la question de savoir si s’abstenir de participer à des élections est une question de principe pour les anarchistes. Je pense qu’elle l’est assurément et qu’elle devrait l’être pour tous les anarchistes. Après tout, participer à des élections signifie transférer sa volonté et son pouvoir de décision à quelqu’un d’autre, ce qui est contraire aux principes fondamentaux de l’anarchisme. » 3

Et ce principe s’appliquait aux femmes comme aux hommes.

« Il est inutile de dire que je ne m’oppose pas au suffrage des femmes pour la raison qu’elles n’en sont pas dignes. Je ne vois pas de raisons physiques, psychiques ou morales interdisant à la femme de voter. Mais cela ne peut pas me convaincre que la femme réussira là où l’homme a échoué. Si elle ne faisait pas les choses plus mal, elle ne pourrait certainement pas les faire mieux. Donc, c’est la doter de pouvoirs surnaturels que d’affirmer qu’elle réussirait à purifier ce qui n’est pas susceptible de purification. » 4

Ce qui lui a valu l’hostilité des suffragettes :

« A Los Angeles, j’étais invitée à faire une conférence au club des femmes. Cinq cents femmes, de toutes les couleurs politiques possibles, étaient venues m’écouter. Mais je fis la critique des revendications démagogiques des suffragettes et je mis en doute les merveilles qu’elles pourraient accomplir si elles parvenaient au pouvoir. Les femmes m’accusèrent alors d’être une ennemie de l’émancipation des femmes et les membres du club se levèrent pour me dénoncer » 5

 

NDT

1. Margaret Sanger (1879 – 1966) Infirmière et sage-femme de profession, elle fonde en 1921 l‘American Birth Control League (Ligue pour le contrôle des naissances), qui deviendra en 1942 le planning familial. Ses liens avec Goldman dureront peu. Celle-ci reprochera à Sanger de s’être désintéressée des poursuites contre son compagnon Reitman en décembre 1916 pour propagande en faveur du contrôle des naissances. En outre, Sanger se tournera par la suite vers un eugénisme douteux.
2. Transcription of Goldman’s letter to Margaret Sanger Margaret Higgins Sanger (1879 – 1966) Infirmière et sage-femme de profession, elle fonde en 1921 l’American Birth Control League (ligue américaine pour le contrôle des naissances), qui deviendra en 1942 le planning familial. En 1914, elle édite le journal The Woman Rebel , sous-titré « Ni dieux ni maîtres », qui lui vaudra d’être poursuivie pour distribution de matériel »obscène » en 1914. Elle quittera alors le pays pour l’Europe. De retour aux États-Unis, elle organise la première clinique de contrôle des naissance à New-York et une seconde à Harlem avec un conseil d’administration composé exclusivement d’afros-américains.
Ses liens avec Goldman dureront peu. Celle-ci reprochera à Sanger de s’être désintéressée des poursuites contre son compagnon Reitman en décembre 1916 pour propagande en faveur du contrôle des naissances. En outre, Sanger se tournera par la suite vers un eugénisme douteux.
Voir le Margaret Sanger Papers Project
3 Les anarchistes et les élections Vanguard Juin-Juillet 1936 (voir ci-dessous)
4 Woman Suffrage Anarchism and Other Essays. Second Revised Edition. New York & London: Mother Earth Publishing Association, 1911. pp. 201-217.
5 Living My Life cité dans La tragédie de l’émancipation féminine

Voir, entre autres, sur ce sujet: Aux sources du féminisme américain Howard Zinn Traduction par Frédéric Cotton Extrait de Une histoire populaire des États-Unis, traduit de l’anglais par Frédéric Cotton, Agone, 2002


Textes joints :

La tragédie de l’émancipation féminine

Les aspects sociaux du contrôle des naissances

Le droit de vote des femmes

Victimes de la moralité

Lettre à la presse sur le contrôle des naissance

La discrimination mesquine de la loi

— Le combat du féminisme n’a pas été vain The Times Union (Rochester) et NEA Services 1926 (à venir)