Adieu, Amis et Camarades!

Titre original : Farewell, Friends and comrades ! Mother Earth Bulletin. Vol.1, n°4 (Janvier 1918)

 

La Cour Suprême des États-Unis a tranché. Repose en paix, chère Mère Patrie. La garde tient bon – à Washington.

La loi sur le service militaire a été déclarée constitutionnelle Les bons citoyens n’ont plus de raisons de s’inquiéter au sujet du bien-fondé du service dans l’armée : il est constitutionnel. La servitude involontaire ne causera plus d’inquiétude à l’homme libre et souverain: elle est constitutionnelle et démocratique. L’acte d’obliger des hommes à porter des armes en violation de leur conscience ne pourra plus être remis en cause: il est constitutionnel , il est démocratique, il est irrévocable.

La plus haute juridiction des États-Unis a confirmé les jugements des autres juridictions des différents états EN MASSE. Sans perdre son temps sur des faits ou des arguments, la Cour Suprême des États-Unis a décidé, pratiquement, que le gouvernement a le droit de faire tout ce qui lui plaît et qu’il n’ y a rien à y redire.

La décision confirme aussi les affaires du soi-disant complot jugées dans les états de New York,de l’Ohio, et dans d’autres états, ainsi que les peines prononcées contre Emma Goldman, Alexandre Berkman, Morris Becker et Louis Kramer, condamnés à New York pour propagande contre le service militaire.

La décision de la Cour ne nous surprend pas. Nous nous y attendions. Mais nous ne pouvons nous empêcher d’exprimer la douleur que nous avons ressenti à la vue des amis bien intentionnés qui croyaient si naïvement dans la justice, malgré les trop nombreuses leçons qui démontraient le contraire.

Ne soyez pas tristes, amis et camarades. Nous allons en prison le cœur léger. Pour nous, il est plus satisfaisant d’être derrière les barreaux plutôt que de rester en liberté, muselés. Nous ne nous laisserons pas intimider ni briser. Nous reprendrons notre travail le moment venu.

Ceci est notre message d’adieu. La flamme de la liberté est faible aujourd’hui. Mais ne désespérez pas, les amis. Gardez l’étincelle en vie. La nuit ne peut pas durer éternellement.Bientôt il y aura une lueur dans l’obscurité et un Jour Nouveau se lèvera, même ici. Puissions-nous tous avoir conscience d’avoir contribué à ce grand Éveil.

Le Bulletin continuera, avec votre aide, même en notre absence. Il y aura des moments difficiles mais nous savons que nous pouvons compter sur votre intérêt et votre coopération aussi généreusement et fidèlement que vous l’avez fait par le passé. Nous resterons en contact avec vous, depuis notre retraite, via le Bulletin, et vous entendrez les voix qui ne peuvent pas être étouffées par des murs en pierres . Au revoir, à bientôt.

EMMA GOLDMAN

ALEXANDER BERKMAN

p. s. — Les lettres des amis sont une grande joie pour les prisonniers. Le courrier pour Emma Goldman doit être adressé à State Prison, Jefferson City, Mo. Pour Alexander Berkman, Louis Kramer et Morris Becker, à U. S. Penitentiary, Atlanta, Ga. Le règlement de la prison exige que les correspondants signent de leur nom entier et indiquent leur adresse.

Traduction R&B