La mise en examen de Alexandre Berkman à San Francisco

Texte original : The Indictment of Alexander Berkman in San Francisco Mother Earth. Vol. 12, n°6 (Août 1917).

Le monde des affaires de San Francisco veut la peau de Alexandre Berkman. Il a été mis en examen pour meurtre en lien avec le cas Mooney actuellement en procès. Le procureur Fickert et ses larbins ne sont pas rassasiés d’avoir piégé Billings et Tom Mooney. Ils ont faim de nouvelles victimes. Comme l’écrit un éditorialiste de San Francisco: “ La mise en examen de Berkman a été demandé par Fickert pour influencer le jury dans l’affaire Rena Mooney ». Un simple coup de bluff désespéré d’un homme désespéré.

Il va sans ire que Alexandre Berkman est absolument innocent des accusations portées contre lui à San Francisco. Le procureur Fickert le sait; sinon, pourquoi aurait-il attendu une année entière avant de demander une mise en examen? Alexandre Berkman se trouvait à San Francisco de janvier à novembre 1916. Le procureur a perquisitionné deux fois ses locaux. Il a fait traîner devant lui par deux Berkman et son éditrice associée. Miss Fitzgerald. Il les a cuisiné jusqu’à épuisement pour essayer de les relier à l’explosion de la bombe de la preparedness parade. Si il y avait eu la moindre ombre de soupçon contre Berkman,le procureur ne l’aurait pas laissé libre pendant cinq mois et attendu sept mois de plus pour frapper. Il doit y avoir une autre raison ou d’autre raisons pour la mise en examen.

La première est que la Chambre de Commerce et son valet Fickert ont le sentiment que leur édifice de tromperies, fraudes et parjures est en train de tomber en pièces et que le coup monté est maintenant reconnu comme tel à travers l’Amérique. Il faut donc faire quelque chose pour perfectionner le crime ourdi par le monde des affaires de San Francisco. Ils réalisent sans doute que si ils peuvent « avoir » Berkman et l’amener par train à la potence avec des accusations montées de toutes pièces, il sera ensuite plus facile « d’avoir » les autres combattants de la liberté et do monde ouvrier.

La seconde, Mr. Fickert ne peut pas oublier que Alexandre Berkman a aidé à dénoncer le coup monté contre Mooney, Billings, Nolan, Weinberg et Mrs Mooney; qu’il avait été le premier à élever la voix en faveur des cinq victimes, et qu’il avait parcouru le pays en attirant l’attention sur leur cas, mobilisant les syndicats et collectant de l’argent pour la défense de Mooney. Les poursuites judiciaires de San Francisco et leurs motivations sont bien décrites dans un bon éditorial du New York Jewish Fonvard du 14 août :

« Les puissances des ténèbres qui ont lancé l’accusation de meurtre contre les dirigeants syndicaux innocents de San Francisco essaient maintenant de capturer Alexandre Berkman dans leurs filets, dans l’espoir que leur nouvelle victime renforcera leurs forces maléfiques. La révélation d’une fausse preuve fabriquée des mains de cette bande de persécuteurs du monde du travail et l’acquittement de Mrs. Rena Mooney, ont presque réduit à néant leur complot criminel. Ils ont donc attiré Alexandre Berkman entre leurs mailles, dans l’espoir que ce nom honni parmi les gens « respectables », et particulièrement les journaux « respectables », aidera beaucoup à rendre plus crédible l’accusation de meurtre contre les innocentes victimes.

Alexandre Berkman est maintenant en prison aux Tombs à New York, et les patrons de San Francisco — qui ont collecté un million de dollars pour ‘aider le gouvernement’ à écraser les dirigeants syndicaux — font de gros efforts pour faire extrader Berkman de l’État de New York vers San Francisco,où ils préparent la potence pour lui. Alexandre Berkman a attiré la colère de ceux qui haïssent le monde syndical à San Francisco parce qu’il a été à l’origine du mouvement national contre le complot. Maintenant, ils veulent prendre leur revanche.Il ne fait aucun doute que les efforts énergiques de Alexandre Berkman ont beaucoup, beaucoup, aidé à la relaxe de Mrs. Mooney et à démasquer l’odieux coup monté.

Il est du devoir des ouvriers à travers le pays de protéger Alexandre Berkman contre le complot de San Francisco.Nous devons faire tous les efforts possibles pour éviter son extradition de New York. Nous ne devons pas permettre qu’il tombe entre les mains des broyeurs du monde syndical assoiffés de sang de San Francisco.”

En effet, permettre l’extradition de Alexandre Berkman vers la Californie serait synonyme d’une mort certaine. Conscients de cela, les United Hebrew Trades de New York, le Joint Board of the Cloak Makers, le Joint Board of the Amalgamated Clothing Workers, et de nombreuses autres organisations ont lancé une campagne pour sauver Alexandre Berkman des griffes du procureur Fickert. La réponse a été fantastique, aussi bien moralement que financièrement. Plusieurs milliers de dollars ont déjà été versés et des centaines de résolutions condamnant la mise en examen et protestant contre l’extradition de Alexandrer Berkman ont été votées. Parmi celles-ci, une résolution déterminée adoptée ce mois-ci par la New Jersey State Federation of Labor lors de son trente-neuvième congrès annuel à Paterson, N.J.

Mais nous devrons faire plus, beaucoup plus, pour sauver Alexandre Berkman. Il faut organiser des manifestations de protestation dans toutes les villes de ce grand pays. Il faut encourager les organisations syndicales et les sociétés éducatives à rejoindre le milieu ouvrier qui travaille déjà à protéger Berkman. Elles peuvent le faire à travers des contributions généreuses à la lutte et en votant des résolutions fortes. Elle doivent être envoyées à la fois au gouverneur Stephens, Sacramento, Californie et au gouverneur Whitman, Albany, New York. Une délégation syndicale appelera bientôt le gouverneur à ne pas devenir complice du coup monté de San Francisco en ajoutant une sixième victime à celles qui ont déjà souffert entre les mains de la Chambre de Commerce.

C’est un moment critique. C’est le moment, aujourd’hui, de mettre fin une bonne fois pour toutes au coup monté criminel à San Francisco. Une fois qu’ils auront amené notre camarade sur la côte, le meurtre légal sera inévitable. Aidez-nous à sauver Alexandre Berkman. Vous sauverez en même temps quatre hommes et une femme du nœud que le procureur Fickert leur a préparé.Envoyez vos dons pour la défense à Anna M. Sloan,Sec.-Trés., the New York Publicity Committee of

Alexander Berkman San Francisco I.abor Defense, Room 204, 726 Lafayette St., New York. N. Y.

Emma Goldman

**********

A mes amis

J’ai beaucoup été « sur la brèche » dernièrement. Mes appartements ont été transférés d’abord à Atlanta et maintenant aux Tombs,à New York City. Je me débrouille pour travailler un peu ici, mais ma demeure actuelle et les divers engagements en cours ne sont pas très compatibles avec le travail d’éditeur.

Pour cette raison, et d’autres, la parution de The Blast a été suspendue, mais seulement temporairement j’espère. Donc,soyez patients, s’il vous plaît;, car je vous assure que si The Blast vous est cher, mes amis, il l’est encore plus pour moi.

Mon éditrice associée, “Fitzie,” est occupée à garder un œil sur les Tombs, mais dès qu’elle et moi serons délivrés de notre « très pressant » engagement, nous publierons à nouveau ce bon petit combattant qu’est The Blast, .

En attendant, mes salutations fraternelles à vous tous, amis et camarades. Je sais de quelle manière magnifique vous avez répondu à mon appel et cette pensée a été un grand et joyeux réconfort pour moi

A vous tous et aux organisations qui ont si rapidement et généreusement démontré leur amitié et solidarité, j’envoie ma chaleureuse reconnaissance et vous promet mon dévouement indéfectible pour la grande cause qui nous est si chère.

Les Tombs. Alexandre Berkman